Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

Bienvenue chez CENTURY 21 La Motte Picquet, Agence immobilière PARIS 75015

L'actualité de CENTURY 21 La Motte Picquet

La rue du Général de Castelnau, PARIS 15ème, par Century 21 La Motte Picquet

Publiée le 03/03/2016

 

Cette semaine l’agence Century 21 La Motte Picquet vous propose de découvrir

l’origine du nom de la Rue du Général-de-Castelnau.

 

Cette rue est située dans le quartier de Grenelle du 15e arrondissement de Paris.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ancienne rue de la Motte-Picquet ouverte en 1914, elle prend en 1954 le nom du général Édouard de Castelnau.

Mais qui est- il ?

Edouard de Castelnau est né en Aveyron à Saint-Affrique (une plaque signale sa maison natale, dans la rue Cazes, depuis rebaptisée à son nom) où il fait ses études au collège Saint-Gabriel. Bachelier ès Sciences, il prépare St Cyr à l'Ecole Ste Geneviève rue des Postes.

Il fait partie de la promotion 1869 de l'Ecole Spéciale Militaire, en sort sous-lieutenant le 14 août 1870, mais ne peut rejoindre son corps à temps par suite de la désorganisation des services de l'arrière. Il est alors affecté dans l'armée de la Loire du général d'Aurelles de Paladine, lieutenant au 36° Régiment de marche le 2 octobre. Il est promu capitaine quinze jours plus tard à l’âge de 19 ans.

Il combat ainsi à Tusey, Sainte-Maxime, Chambord, Gué du Loir, Le Mans. Il participe à la répression de la commune sous les ordres du colonel Davout d’Auerstaedt.

Sa longue carrière militaire est ensuite des plus traditionnelle : garnisons de Bourg, de Givet, de Ham, de Laon. Il entre à l’Ecole de Guerre en 1878 avant d’être muté au 59e régiment d’infanterie de Toulouse. Il est ensuite nommé à l’état-major de la 34e division puis successivement au 126e RI et au 17e corps d’armée en 1888.

Edouard de Castelnau est nommé chef de bataillon le 6 mai 1889, reçoit la croix de la légion d'honneur en 1891. Le général de Miribel le fait venir en 1893 au premier bureau de l'état-major général à Paris, et il y revient après son temps de commandement au 115° RI. Lieutenant-colonel le 10 septembre 1896, il devient sous-chef puis chef du premier bureau, officier de la légion d'honneur en 1899.

Colonel, il commande le 37e régiment de Nancy de 1900 à 1905. Il devient ensuite chef d’état-major du général Michal, commandant supérieur de la défense de Belfort.

Il est promu général de brigade le 25 mars 1906, commande la 24e brigade à Sedan puis la 7e à Soissons. Il devient général de division le 21 décembre 1909 et prend la tête de la 13e division à Chaumont. Rappelé sur demande expresse de Joffre, il est nommé le 2 août 1911 premier sous-chef d’état-major général sous ses ordres. Il est promu la même année commandeur de la Légion d’Honneur. Il entre au Conseil Supérieur de la Guerre fin 1913.

En 1914 il commande la 2e armée de Lorraine lors de la bataille de Morhange. Au cours de celle-ci il perd son fils Xavier. Il sauve la ville de Nancy en arrêtant la marche du prince Ruprecht de Bavière dès le 25 août. Il prolonge la victoire de la Marne vers l’Est par celle de la trouée de Charmes. Il est alors promu Grand-Officier de la Légion d’Honneur le 18 septembre 1914.

En juin 1915 il dirige l’offensive de Champagne et obtient un succès éclatant. Pour cette victoire il est élevé Grand-croix de la Légion d’Honneur et devient l’adjoint du Général Joffre. Envoyé par suite en mission en Russie en 1917, il revient pour prendre le commandement de l’armée de l’Est et est décoré de la Médaille Militaire. Il participe enfin à la grande offensive de 1918 emportant la victoire à Colmar et à Strasbourg.

A la fin de la guerre, Castelnau est maintenu en activité sans limite d’âge et se retire petit à petit de la carrière militaire. Il a perdu trois de ses fils au cours du conflit. Il se tournera notamment vers des responsabilités politiques particulièrement en tant que député de l’Aveyron.

Il est mort le 19 mars 1944 au château de Lasserre à Montastruc la Conseillère, inhumé dans le nouveau caveau de famille à Montastruc.

Voilà maintenant vous savez pourquoi cette rue porte le nom de ce personnage qui s'illustra au cours de la Première Guerre mondiale en tant que chef d’état-major.

Notre actualité